Rouler en Italie : toujours bon à savoir avant de vous y rendre en vacances

Chaque pays dispose des caractéristiques qui lui sont propres en matière de transport. Dans cette optique, le pays de Sergio Mattarella est plutôt exigeant dans les règles de bonne conduite. Alors, si vous désirez rouler en Italie pendant les vacances, le guide que voici vous aidera à obtenir quelques informations très utiles.

Pour rouler en Italie pendant les vacances, il faut payer le péage

Il n’est pas rare de trouver des touristes ou visiteurs, éprouver des difficultés aux postes de péage en Italie. Pour rouler en Italie pendant les vacances, vous devez savoir au préalable que les routes sont subdivisées en quatre catégories. Il y a les autoroutes, les routes nationales, régionales et provinciales. Seules les autoroutes sont payantes et deux différents types de péages existent en territoire italien. Il s’agit entre autres des péages avec paiement à l’entrée et des péages avec paiement à la sortie.

A lire en complément : Se déplacer sans voiture en Corse du sud

Le premier type de redevance consiste à payer des frais une fois à l’entrée de la ville. Quelle que soit la durée de voyage déjà engagée, le montant est le même. Avant de continuer, les agents du poste de péage vous attribuent un ticket à conserver soigneusement. En réalité, le ticket servira à votre retour. De ce fait, vous payez à la sortie, un montant correspondant à la longueur du trajet.

Identifiez les zones à faibles émissions pour rouler en Italie pendant les vacances

rouler en Italie pendant les vacances Lors de vos différents déplacements, vous devez faire attention aux zones à faibles émissions. Ces quartiers spécifiques sont appelés en italien « zona traffico limitao » (ZTL). Une autorisation est impérativement accordée si vous désirez entrer dans ces zones. Ces régions stratégiques se trouvent dans un certain nombre de grandes villes. Il faut citer Rome, Milan, Bologne, Turin, etc.

Lire également : Se déplacer à LA : retenez ceci !

Par ailleurs, il est tout à fait possible de reconnaitre ces zones grâce à leurs panneaux de signalisation. Généralement, ces plaques sont suivies d’une autre inscription précisant certaines particularités. Il s’agit de l’autorisation accordée aux voitures des personnes handicapées, des services d’urgence et de la sécurité. En outre, quand vous roulez en Italie pendant les vacances et que vous pénétrez ces quartiers sans autorisation, vous payez une amende. Le prix varie entre 50 et 80 euros.

Maitrisez quelques règles spécifiques pour bien rouler en Italie pendant les vacances

À l’instar de la France, les Italiens sont moins tolérants sur les codes de bonne conduite. De ce fait, il y a une limite de vitesse à observer sur les grandes artères. Ainsi, sur les autoroutes, les voitures et camping-cars ne doivent pas excéder 130 km/h. Sur les routes principales, cette vitesse est de 110 km/h au maximum.

Cependant, si vous désirez passer la nuit sur la voie publique dans votre véhicule, vous êtes bien entendu autorisé à le faire. Il suffit que vous soyez bien garé. Néanmoins, n’oubliez pas de garder un triangle d’avertissement et un gilet de sécurité réfléchissant pour donner le signal en cas de panne.

Les limitations de vitesse en Italie : ce que vous devez savoir avant de prendre la route pendant les vacances

Les Italiens sont très prudents sur la route et attendent de même des autres conducteurs qu’ils respectent les règles de circulation. Cela inclut aussi le code de la route, que tout un chacun doit savoir avant d’avoir accès à une voiture en Italie. Les limitations de vitesse font partie intégrante du code. Par exemple, il est interdit aux cyclomoteurs et motocycles (avec ou sans remorque) qui ont été immatriculés après le 31 mars 1999 et homologués pour une vitesse maximale inférieure à 50 km/h (ou avec moteur électrique) d’utiliser l’autoroute.

Dans certains cas particuliers, comme ceux liés aux conditions météorologiques difficiles ou lorsque vous êtes sur certaines routes sinueuses où votre champ de vision est limité, par exemple, vous pouvez réduire votre allure sous celle prescrite par la réglementation routière italienne. Mais attention ! Dans ce cas-là, assurez-vous que cela ne constitue pas un danger pour les autres usagers ni pour vous-même.

Il faut aussi noter que, sans exception aucune, conduire sous influence est puni par la loi italienne. Le taux légal d’alcoolémie au volant correspond au seuil maximal autorisé, soit 0,5 g/litre dans le sang ou l’équivalent de deux verres standard maximum (12 cl). À noter aussi que si vous ne portez pas votre ceinture de sécurité pendant vos déplacements routiers en Italie, alors soyez prêts à payer une amende allant jusqu’à 1 €.

En définitive, rouler en Italie nécessite une bonne connaissance de la réglementation routière italienne pour éviter les mauvaises surprises. Cela vous permettra en outre d’apprécier davantage la beauté des paysages que vous traverserez pendant vos vacances dans ce magnifique pays.

Les particularités de la conduite en Italie : comment s’adapter pour éviter les mauvaises surprises pendant les vacances

Au-delà de la réglementation routière, il faut prendre en compte les particularités de la conduite en Italie. Prenez garde aux ronds-points qui sont nombreux sur les routes italiennes. Effectivement, leur conception peut varier d’un endroit à l’autre : certains peuvent être très simples tandis que d’autres peuvent être plus complexes et comporter plusieurs voies.

Sachez que la conduite défensive est très importante en Italie. Les conducteurs italiens ont une réputation bien établie pour leur façon de conduire rapide et parfois même agressive. Il faut garder un œil vigilant sur tout ce qui se passe autour de vous et toujours anticiper les mouvements imprévisibles des autres usagers.

Lorsque vous roulez sur des routes étroites ou sinueuses dans certaines villes historiques italiennes telles que Vérone ou Venise, soyez prêt à faire face à une multitude de piétons ainsi qu’à des cyclistes qui utilisent souvent ces mêmes routes pour voyager eux aussi entre leurs différentes destinations touristiques.

Notez aussi que le stationnement peut poser problème dans certaines villes historiques. Dans ces cas-là, cherchez plutôt un parking payant proche du centre-ville pour éviter toute mauvaise surprise telles qu’une amende ou encore pire… le remorquage!

Rouler en Italie n’est pas forcément compliqué si l’on sait comment adapter sa conduite aux spécificités locales. Avec prudence et attention constante portée aux différents éléments qui composent la conduite italienne, les voyageurs peuvent découvrir l’Italie de manière sereine et en toute sécurité.